Ecrivains publics : entre le marteau et la plume

 


Par Cécile Mantello & les écrivain-e-s publics de Liège

Depuis plusieurs mois, une certaine fatigue se fait sentir au sein du réseau des écrivain-e-s publics de Liège. Des écrivain-e-s publics rapportent en effet avec lassitude que leur permanence leur semble devenir le lieu quasi-exclusif d’un accompagnement aux personnes hors emploi. L’aide à la rédaction de CV et de lettres de motivation y occupe, en particulier, une place de plus en plus grande, plaçant les écrivain-e-s publics entre le marteau et la plume, entre exigences institutionnelles et soutien à l’émancipation.

Lire la suite...

LA VIOLENCE DES POLITIQUES D’EXCLUSION EN BD

 

 

Par Pierre Lempereur

« Bande de mandaïs ! » est un objet de lutte hybride entre le roman graphique, le dessin de presse et le tract militant qui raconte du point de vue de travailleurs sans emploi (TSE) différentes formes de résistance (extra)ordinaires et la banalisation de la souffrance dans l’idéologie de l’État social actif. L’ouvrage est le fruit d’un travail collectif mené avec des TSE par la régionale PAC de Soignies-La Louvière en collaboration avec la Cépré (FGTB) et Le Réseau louvièrois de Lecture publique, accompagné par le bédéiste Louis Theillier.

 

Lire la suite...

Catherine Jourdan : « DÉJOUER LES CARTES OFFICIELLES »

Propos recueillis par Aurélien Berthier

Dans ses ateliers de géographie subjective, Catherine Jourdan, prof de philosophie devenue psychologue et artiste, tente de mettre à plat les paysages mentaux des habitants d’un territoire. Il s’agit d’élaborer, en groupe, la carte d’une ville en fonction des sensibilités de ceux qui la conçoivent et non plus de critères objectifs. Ainsi, les usages et pratiques de l’espace, les projections sur le réel, et tous les aspects symboliques de l’organisation du territoire sont mobilisés. Une démarche qui vise à la prise de conscience de nos représentations de notre environnement, le tout en déjouant les cartes officielles.

Lire la suite...

COMMONS JOSAPHAT : LE BIEN COMMUN COMME PROCESSUS

Par le Collectif Commons Josaphat

Cela fait deux ans environ qu’un petit groupe de 3-4 personnes a commencé à produire une réflexion sur le sens contemporain de la notion de bien commun, en prenant part et en organisant des rencontres sur divers sujets : l'eau, l'air, la ville mais aussi les logiciels libres, le sol, les formes de cohabitation. Par rapport aux défis que la ville de Bruxelles doit affronter aujourd’hui, le concept de droit à la ville et le processus de co-production de la ville — la ville en tant que bien commun où s'expérimentent nouvelles formes de cohabitation, de gestion de l'environnement, d'expression politique — ont commencé à s’imposer à l’attention de ce groupe grandissant d’acteurs de l’urbain, de militants et de penseurs. Celui-ci s’est encore renforcé avec l’introduction du cas concret de la Zone d’intérêt régional (ZIR) Josaphat, comme espace qui nous donnait la possibilité de concrétiser nos discussions et autres activités autour d'un espace appartenant à tous mais menacé par les enjeux spéculatifs liés à son positionnement.

 

Lire la suite...

NEAN : une esthétique alternative

Par Jean Cornil

Cinq questions à NEAN, jeune artiste prometteur dont les peintures, réalisées à la bombe, révèlent une finesse et une poésie toute personnelle. Pour enrichir notre regard sur le monde devant l’invasion publicitaire. Pour valoriser le graffiti face aux œuvres « officielles », trop souvent réservées à une « élite ».

Lire la suite...

Le capitalisme au musée

Par Maud Eloin et Thomas Prédour, Membres du Musée du Capitalisme

Le 13 février 2014, plus de 400 personnes ont participé à l’inauguration du premier Musée du Capitalisme au monde au sein de la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin à Namur. Celui-ci tente de répondre à la question « qu’est-ce que le capitalisme ? » et propose de réfléchir ensemble au fonctionnement de la société capitaliste dans laquelle nous vivons.

 

Lire la suite...

L’HOMME QUI LIBÉRAIT LES ENFANTS SOLDATS

 

Par Michel Gheude

Le Congo RDC a plongé depuis longtemps dans le gouffre des guerres civiles. À l’Est en particulier, la guerre continue, sans cesse rallumée depuis que les génocidaires rwandais ont fait, depuis près de vingt ans maintenant, du Kivu leur base arrière pour la reconquête du pouvoir à Kigali. Aucune guerre n’épargne les civils, mais ils auront cette fois souffert dans des proportions rarement atteintes. Les pillages, les viols systématiques, les destructions de villages, rien ne leur a été épargné. Jamais aussi la tragédie des enfants soldats n’a connu une telle ampleur. Mais depuis des années, des hommes se battent pour libérer ces enfants et leur rendre une vie digne.

 

Lire la suite...

URBANISASON : L’ÂME SONORE D’UN QUARTIER

Propos recueillis par Aurélien Berthier

Le matériau sonore est aussi un outil puissant pour intervenir en ville. C’est celui-ci qu’Urbanisason, un collectif créé en 2007 a choisi d’utiliser.

Lire la suite...

Nicolas Buissart préfère le slow

Par Denis Dargent

Avec son safari urbain, l’artiste met en scène un Charleroi alternatif et décomplexé. Retour sur une blague d’étudiant devenue un incontournable de la hype à la carolo…

 

Lire la suite...

Sectes : Lutter contre les machines à broyer les consciences

Propos recueillis par Aurélien Berthier

Si les sectes continuent de prospérer en Belgique, une loi sur l’abus de faiblesse a été votée en décembre 2012 au Parlement fédéral à l’initiative de André Frédéric. Ce député fédéral (PS) et auteur de « Broyeurs de conscience, L'évolution du phénomène sectaire en Belgique » a également présidé un groupe de travail visant à évaluer l’impact de ces mouvements dans notre pays et fondé Aviso, une asbl d’aide aux victimes. Il revient dans cet entretien sur les dernières évolutions de ces organisations et sur la nécessité de combattre toutes les dérives sectaires, d’où qu’elles viennent.

Lire la suite...

Site propulsé par Joomla!, logiciel libre sous licence GNU/GPL.
Réalisation : Présence et Action Culturelles.