Olivier Bonfond : SE LIBÉRER DE LA DOMINATION DE LA DETTE

 

Propos recueillis par Aurélien Berthier et Sarah de Liamchine

 

Alors qu’Olivier Bonfond sort son livre « Il faut tuer TINA » évoquant, entre autres pistes d’alternatives concrètes au capitalisme, la question d’une autre économie possible, nous avons souhaité revenir avec lui sur la question de la dette, sur ses mécanismes et sur son rôle politique. Mais aussi sur les leçons à tirer de l’épisode grec de 2015. Un moment politique intense vécu de près par cet économiste et militant liégeois puisqu’il était alors membre de la Commission internationale qui a audité la dette publique grecque.

 

Lire la suite...

Olivier Bonfond : POURQUOI J’AI TUE TINA

 

Propos recueillis par Aurélien Berthier et Sarah de Liamchine

« Vous critiquez, mais qu’est-ce que vous proposez alors ? » est peut-être la question la plus entendue par les militants progressistes après une tirade anticapitaliste. À cette question, Olivier Bonfond répondrait sans doute : « tuer TINA ». TINA c’est l’acronyme de la célèbre expression de Margaret Thatcher « There is no alternative », suivant laquelle il n’y aurait pas d’autre horizon possible que le capitalisme mondialisé. Dans un livre enthousiasmant, l’économiste et militant liégeois regroupe, articule et développe tout un arsenal de propositions pour enfin assassiner le néolibéralisme dans les têtes.

Lire la suite...

NELLY QUEMENER: L’humour des minorités contre les hégémonies culturelles

Propos recueillis par Aurélien Berthier

Nelly Quemener, enseignante-chercheuse en sciences de l'information et de la communicationà l’Université de la Sorbonne de Paris, retrace dans son livre « Le Pouvoir de l’humour » les évolutions du rire dans les médias français de 1980 à nos jours. Avec l’émergence du stand-up comme scène d’affirmation par et pour les minorités ethniques et l’irruption d’humoriste-femme interrogeant les normes masculin/féminin, l’humour est devenu au cours des années 2000 une arme politique pour les subalternes et un moyen de lutte contre les hégémonies culturelles dominantes.

Lire la suite...

JÉRÔME COTTE : RIRE POUR « S’EN PRENDRE A L’ORDRE POLICÉ DU MONDE »

Propos recueillis par Aurélien Berthier

Jérôme Cotte est doctorant en philosophie à l’Université de Montréal et membre de l’Observatoire de l’Humour du Québec. Ses travaux portent sur des questionnements éthiques par rapport à l’humour et à son articulation dans les rapports de force entre dominants et dominés. L’occasion de voir sous quelles conditions l’humour peut s’avérer être une force politique d’émancipation et sortir des fatalismes. Mais aussi comment le rire peut visibiliser des structures hiérarchiques et sociales de domination qui se présentent toujours comme étant l’ordre naturel des choses.

Lire la suite...

Laurent Jeanpierre : mettre "populisme" entre guillemets

 

 

Propos recueillis par Sabine Beaucamp

 

Laurent Jeanpierre est professeur de Science politique à l’Université de Paris 8 Saint-Denis. Il nous explique dans cette interview pourquoi il préfère utiliser le moins possible le terme de « populisme ». Il s’appuie notamment sur des études linguistiques pour nous parler des crises identitaire et économique, de la stigmatisation des migrants et de la dénonciation dominante des populismes de l’extrême-droite mais aussi d’un certain mépris déployé par des élites envers les gens ordinaires dans l’emploi du terme « populisme ».

Lire la suite...

Site propulsé par Joomla!, logiciel libre sous licence GNU/GPL.
Réalisation : Présence et Action Culturelles.