Le français en Afrique noire : non pas un cadeau mais un accident de l’histoire

Par­ler le fran­çais, écrire en fran­çais n’est pas un gage don­né à l’acculturation induite par la colo­ni­sa­tion, ni une accep­ta­tion de la pré­ten­due infé­rio­ri­té de langues afri­caines. Qui plus est, le fran­çais n’est plus le mono­pole de l’Hexagone. La France, mode­lée par un gal­lo­cen­trisme mul­ti­sé­cu­laire, ne se per­çoit pas comme un pays fran­co­phone. Elle se veut l’épicentre d’une fran­co­pho­nie inter­na­tio­nale consi­dé­rant l’Afrique noire, le Qué­bec, les Antilles, la Bel­gique et la Suisse comme des péri­phé­ries. Ce fran­co­cen­trisme est patent dans des termes dua­listes comme lit­té­ra­ture fran­çaise / lit­té­ra­ture fran­co­phone. Ce binôme n’est-il pas le symp­tôme d’un malaise ? N’y aurait-il de lit­té­ra­ture fran­çaise que dans l’Hexagone ? Pour­quoi réser­ver l’épithète fran­co­phone aux écri­vains issus d’autres lati­tudes ?

Les écri­vains des péri­phé­ries ont leur propre vision de la langue fran­çaise et de la lit­té­ra­ture créée en cette langue. Le Congo­lais Sony Labou Tan­si s’en prend avec déri­sion au fran­co­cen­trisme en esti­mant que le fran­çais est une mai­son com­mune, les fran­co­phones d’Afrique et les Fran­çais n’en sont que des loca­taires, logés à la même enseigne. Un point de vue aux anti­podes du nom­bri­lisme fran­co-pari­sien qui tend à régen­ter la fran­co­pho­nie lit­té­raire tant au niveau de la créa­tion, de la pro­mo­tion que de la recon­nais­sance des œuvres.

Cette fer­me­ture à la diver­si­té fran­co­phone donne matière à réflexions. On se rap­pel­le­ra le refus oppo­sé par les édi­teurs pari­siens au roman d’Amadou Kou­rou­ma « Les soleils des indé­pen­dances ».

Écrire en fran­çais ne signi­fie pas suc­com­ber aux sirènes de la fran­co­lâ­trie ; ni un gage don­né à l’acculturation induite par la colo­ni­sa­tion, ni une accep­ta­tion de la pré­ten­due infé­rio­ri­té de langues afri­caines. Le fran­çais, « décombre de la colo­ni­sa­tion » n’est plus le patri­moine exclu­sif de la France. Il est la langue de créa­tion d’écrivains de cultures diverses de par le monde. La car­to­gra­phie de cette créa­ti­vi­té signi­fi­ca­tive semble pour­tant lar­ge­ment mécon­nue des ins­tances et des pontes pari­siennes. « Il n’est bon bec que de Paris », tel est le cre­do tou­jours en vigueur, au mépris d’enjeux fon­da­men­taux concer­nant l’avenir de la langue fran­çaise.

Hors de l’hexagone, l’avenir de l’idiome français

L’avenir du fran­çais au 21e siècle est au Sud, hors de l’Hexagone. Il se conjugue néces­sai­re­ment avec la coha­bi­ta­tion paci­fique avec d’autres langues et d’autres cultures, aux quatre coins de la Fran­co­pho­nie.

L’Hexagone doit admettre la diver­si­té du fait fran­co­phone et se mon­trer fier des varia­tions du fran­çais qui font sa richesse. Les qué­bé­cismes, les congo­lismes, les afri­ca­nismes, les bel­gi­cismes, les créo­lismes etc. témoignent de la viva­ci­té de la langue fran­çaise, de la créa­ti­vi­té de ses locu­teurs. Il ne fau­drait plus les prendre comme des simples mani­fes­ta­tions de la cou­leur locale. Cette varié­té du fran­çais doit se tra­duire dans les outils de réfé­rence comme les dic­tion­naires encore très fri­leux à les accueillir.

Dans le sys­tème édu­ca­tif les écri­vains de la fran­co­pho­nie méri­te­raient plus d’attention que ce qui leur est concé­dé, car la créa­tion lit­té­raire en fran­çais est loin d’être le mono­pole de la France.

La France se veut, encore et tou­jours, le gar­dien jaloux de la norme gram­ma­ti­cale et lin­guis­tique, le dis­pen­sa­teur atti­tré de la recon­nais­sance lit­té­raire, l’épicentre de tout ce qui concerne la langue et la lit­té­ra­ture fran­çaise.

Ce nom­bri­lisme est cepen­dant condam­né par l’histoire car la langue fran­çaise n’est plus le fait de la seule France. La créa­ti­vi­té tant lin­guis­tique que lit­té­raire en langue fran­çaise est un phé­no­mène fas­ci­nant et com­plexe qui dépasse les fron­tières de l’Hexagone et témoigne des métis­sages fas­ci­nants.

Il faut impé­ra­ti­ve­ment évi­ter les bévues du pas­sé, illus­tra­tions d’un gal­lo­cen­trisme désuet. En effet, des grands écri­vains du pas­sé pour avoir peu ou prou mal­me­né la langue fran­çaise, en l’occurrence la norme pari­sienne, ont vu leur génie créa­teur mino­ré, igno­ré voire car­ré­ment nié. Charles De Cos­ter, écri­vain fran­co­phone belge en fit les frais en son temps. Il en fut ain­si des écri­vains de la Suisse romande à l’instar de Charles-Fer­di­nand Ramuz ou de l’Ivoirien Ama­dou Kou­rou­ma.

Bien plus, il fau­drait que les ins­ti­tu­tions hexa­go­nales prennent la mesure des lit­té­ra­tures fran­co­phones dont la créa­tion, la pro­mo­tion et la dif­fu­sion sont ancrées sur des struc­tures locales et atteignent un lec­to­rat impor­tant. Ces écri­vains-là sont aus­si des figures de la fran­co­pho­nie lit­té­raire. C’est le cas d’un Zamen­ga Batu­ke­zan­ga en Répu­blique Démo­cra­tique du Congo (RDC), « clas­sique » de la lit­té­ra­ture fran­co­phone de la RDC, dont le moindre exploit est de n’avoir jamais été publié en France.

Le français en RDC ou l’arbre qui cache la forêt

Faut-il abo­lir la langue du colo­ni­sa­teur ? Les élites fran­co­phones l’ont répé­té à satié­té sans pou­voir pas­ser aux actes. Les ful­mi­na­tions contre les dom­mages cultu­rels et autres cau­sés par la colo­ni­sa­tion demeurent du domaine de la vitrine poli­ti­cienne. Aucun pays fran­co­phone n’a mis en place un sys­tème cohé­rent, per­for­mant et pérenne d’apprentissage et de pro­mo­tion de langues véhi­cu­laires pour­tant pra­ti­quées par la majo­ri­té de la popu­la­tion. Ce n’est donc pas la le colo­ni­sa­teur qui, en ce début du 21e siècle serait res­pon­sable du fait que les langues afri­caines soient des parents pauvres des sys­tèmes édu­ca­tifs en Afrique noire fran­co­phone. C’est la schi­zo­phré­nie des élites intel­lec­tuelles et poli­tiques, leurs inco­hé­rences et leur manque de cou­rage qui sont en cause. Tou­te­fois ces langues sont majo­ri­taires, a contra­rio du fran­çais pour­tant décré­té langue offi­cielle, mais éli­taire et incom­prise par la majo­ri­té de la popu­la­tion. Elles se sont déve­lop­pées, enri­chies et métis­sées de manière pro­di­gieuse. Cer­taines formes artis­tiques -théâtre, ciné­ma, arts de la scène- pri­vi­lé­gient de plus en plus les langues véhi­cu­laires, capables d’exprimer « l’âme afri­caine » tout aus­si bien que les nuances et la com­plexi­té de notre monde glo­ba­li­sé.

En RDC et ailleurs, le fran­çais — langue offi­cielle — est l’arbre qui cache la dyna­mique des langues véhi­cu­laires qui sont domi­nantes. Dès lors, il est faux de pen­ser que l’usage du fran­çais tra­duise la per­sis­tance de la colo­ni­sa­tion en terre afri­caine.

Par ailleurs, le fran­çais est lié aux grands moments liber­taires de la tra­jec­toire afri­caine encore frais dans les mémoires. L’exemple de Patrice Lumum­ba pro­non­çant son dis­cours antiim­pé­ria­liste et aux accents jaco­bins du 30 juin 1960 est là pour en témoi­gner. Le fran­çais à tra­vers le tri­bun congo­lais devint ain­si une arme redou­table de dis­si­dence. Lumum­ba n’avait pas été à la Sor­bonne ni à l’École Nor­male supé­rieure. Son fran­çais appris au Congo, sous l’égide des Fla­mands, lui per­met­tra à la fois d’exprimer les pro­fon­deurs de son âme ban­toue et de livrer au colo­ni­sa­teur sidé­ré ce que les Congo­lais avaient endu­ré dans ce qu’on pen­sait être « la plus belle colo­nie du monde ».

De même les écri­vains, les jour­na­listes, les intel­lec­tuels qui se servent du fran­çais ne cherchent nul­le­ment à divi­ni­ser cette langue. Ils s’en servent avec prag­ma­tisme sans déser­ter les langues véhi­cu­laires. En Afrique noire, on n’est pas mono­glotte : on mai­trise au moins deux langues véhi­cu­laires, le fran­çais s’acquérant essen­tiel­le­ment par l’école. La fameuse dua­li­té entre la langue du colo­ni­sa­teur et la langue mater­nelle est une vue de l’esprit.

En tant qu’écrivain, je pense que le fran­çais est un mer­veilleux outil à condi­tion de pou­voir s’en ser­vir avec ima­gi­na­tion, de pou­voir tra­duire au prix de la dis­si­dence et de l’originalité le vécu cultu­rel, social, et his­to­rique de l’Africain. Rien n’exclut d’ailleurs que les langues véhi­cu­laires afri­caines puissent por­ter les créa­tions lit­té­raires de demain.

L’avenir est au mul­ti­cul­tu­ra­lisme et au mul­ti­lin­guisme. À ce pro­pos l’Afrique noire me semble en avance sur l’Europe. La guerre des langues n’est pas à l’ordre du jour.

Antoine Tshitungu Kongolo est écrivain, poète, nouvelliste et essayiste congolais (RDC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

code