Le populisme aux États-Unis

Jérôme Jamin

Dans ce petit opus, Jérôme Jamin aus­culte les formes prises par le popu­lisme aux États-Unis au cours des 19e et 20e siècles afin de tirer des ensei­gne­ments sur le défer­le­ment de ce phé­no­mène en Europe aujourd’hui. Il le fait de manière pru­dente et nuan­cée en insis­tant sur le fait que s’il est sin­cère, le popu­lisme peut sim­ple­ment dénon­cer un défi­cit de repré­sen­ta­tion et il indique notam­ment que cer­taines tech­niques de démo­cra­tie directe uti­li­sées dans cer­tains états fédé­rés amé­ri­cains découlent direc­te­ment de la force du mou­ve­ment popu­liste à la fin du 19e siècle. Loin d’être une menace, un popu­lisme sin­cère pour­rait donc revi­go­rer la démo­cra­tie. L’objectif visé par Jérôme Jamin est de « dédra­ma­ti­ser le concept de popu­lisme, lui reti­rer son éti­quette dis­qua­li­fiante et l’éloigner de son faux syno­nyme qu’est l’extrême droite ». Il y par­vient ample­ment. Un constat per­plexe et un regret tou­te­fois : l’auteur par­vient à par­ler du popu­lisme sans jamais faire réfé­rence à Ernes­to Laclau et à Chan­tal Mouffe et il évoque rapi­de­ment en conclu­sion l’hypothèse selon laquelle le popu­lisme vise à abo­lir le temps en poli­tique. Une hypo­thèse qui aurait méri­té un plus large déve­lop­pe­ment.

Olivier Starquit

Le populisme aux États-Unis, un regard pour l’Europe
Jérôme Jamin
Libertés, j’écris ton nom, 2019

Autres Popcorns "Lecture"