Jan Nolf

Pour une Justice « les yeux dans les yeux »

Jan Nolf, ori­gi­naire de Torhout, est licen­cié en droit et en cri­mi­no­lo­gie à l’université de Gand. Il a tra­vaillé comme avo­cat à Bruges pen­dant dix ans, et est deve­nu juge de paix dans le can­ton de Roe­se­lare (Flandre occi­den­tale) jusqu’en 2011. Aujourd’hui juge de paix hono­raire et auteur de l’ouvrage « La force de la jus­tice », il prône une jus­tice plus empa­thique et plus proche du citoyen.

Ne trouvez-vous pas qu’à l’heure actuelle la justice statue trop et très arbitrairement ?

J’ai une approche et une vision très huma­nistes de la jus­tice. A mes yeux, la jus­tice reste trop auto­ri­taire, conser­va­trice, trop féo­dale et atta­chée à ses mul­tiples et répé­ti­tives pro­cé­dures. Per­son­nel­le­ment dans la le cadre de la jus­tice de paix où j’exerçais, j’ai pu dimi­nuer d’un tiers le nombre de pro­cé­dures. Car un tiers des conten­tieux civil, et même pénal, peut se régler dans un autre contexte.

La jus­tice est forte avec les faibles et faibles avec les forts. Je suis très en colère contre les agran­dis­se­ments d’échelle en son sein : tou­jours plus de pro­cé­dures qui creusent de plus en plus le fos­sé avec le citoyen. L’une pour les puis­sants, l’autre pour les citoyens ordi­naires. Je com­pare la jus­tice actuelle à un véri­table super­mar­ché, inca­pable de faire son auto­cri­tique. Le juge doit prendre toute la mesure du rôle social qu’il a à jouer. Je pré­co­nise une légis­la­tion « à la néer­lan­daise », où le citoyen lamb­da peut récu­ser le juge s’il estime qu’il est par­tial ou qu’il n’est pas indé­pen­dant.

Ce langage et cette attitude des magistrats vous les comprenez ?

Ce qui m’insupporte au plus haut point, c’est l’autorité des magis­trats. Si on dit que l’habit ne fait pas le moine, il n’empêche que les toges que portent les magis­trats ne ras­surent pas et ne mettent pas à l’aise le jus­ti­ciable, je suis pour leur sup­pres­sion. Je pense aus­si que contrai­re­ment à l’appellation « Minis­tère de la Jus­tice », il fau­drait plu­tôt par­ler d’un « Minis­tère de la Recons­truc­tion ». C’est un terme bien mieux adap­té puisque la tâche pri­mor­diale de la jus­tice est quand même celle de recons­truire les rela­tions.

Selon vous, quelles ont été les pires réforms judiciaires de ces dernières années ?

Une des pires réforme, cela a été d’autoriser les per­qui­si­tions la nuit. Fort heu­reu­se­ment, le pro­jet de la pos­si­bi­li­té de péné­trer chez les sans papiers sans man­dat de per­qui­si­tion n’a pas abou­ti. Les vrais « illé­gaux » ce sont les poli­ciers et les juges qui ferment les yeux devant de telles pra­tiques. Cette jus­tice-là ajoute de la pau­vre­té à la pau­vre­té. Il faut tou­jours gar­der à l’esprit la dimen­sion humaine.

La peur de la justice n’est-elle pas liée au fait que le citoyen ne comprend plus le langage de la justice ou le comprend mal ?

Mais il ne l’a jamais connu, la jus­tice est res­tée un lan­gage fer­mé et ce n’est pas un hasard. L’incompréhension met en route tout un pro­ces­sus de peur et de méfiance. Vient ensuite, et c’est bien pire, l’amertume. Les gens expriment après par le vote, leur frus­tra­tion, leur impuis­sance, par­fois leur révolte. Vous savez, beau­coup de juges ne regardent pas le citoyen pen­dant les plai­doi­ries. Or, un juge doit être à l’écoute. C’est pour­quoi je parle tou­jours d’une jus­tice « les yeux dans les yeux ». Celle-ci pour­rait s’inspirer du monde médi­cal : le juge devrait avoir la même atti­tude et la même proxi­mi­té qu’un méde­cin avec son patient. Il y a toute une géné­ra­tion de magis­trats qui en est res­tée à une forme de cor­po­ra­tisme, et qui uti­lisent un voca­bu­laire datant du Code Napo­léon.

Le manque de com­mu­ni­ca­bi­li­té com­mence au socle des bâti­ments de jus­tice. Inutile d’avoir des bâti­ments pha­rao­niques qui sont sou­vent très impres­sion­nants pour le citoyen : aus­tères, armés et enro­bés de béton, ils ont quelque chose d’impassible.

Quelles seraient vos priorités pour une réforme de la justice ?

Une magis­tra­ture moins nar­cis­sique et moins conser­va­trice. Une jus­tice qui limite les pro­cé­dures au strict mini­mum, qui accorde tou­jours une chance au dia­logue, qui ame­nuise la lour­deur admi­nis­tra­tive, et qui serait dotée d’une démo­cra­tie interne, au lieu d’une hié­rar­chie ver­ti­cale. Il s’agirait donc de revoir fon­da­men­ta­le­ment la men­ta­li­té d’autorité qu’elle sus­cite. Il y a une atti­tude incroya­ble­ment domi­nante, et même hau­taine dans la pos­ture de beau­coup de magis­trats. Je suis pour une « jus­tice sous l’arbre », à la sud-afri­caine c’est-à-dire une jus­tice ambu­lante qui peut se dérou­ler hors des struc­tures juri­diques habi­tuelles. Je prends sou­vent l’exemple du pro­cès pour la mise en liber­té de Dutroux, très oné­reux : 100.000 euros au bas mot. Cette brève audience aurait pu se dérou­ler au sein même de la pri­son. La loi pré­voit cela pour le tri­bu­nal d’exécution des peines. Pour­quoi avoir mis sur pied tout un show ? Pour pré­tendre à un pro­cès média­tique ? On peut pra­ti­quer la jus­tice en dehors de ces enceintes juri­diques : une salle poly­va­lente, comme une biblio­thèque, une petite salle de théâtre peuvent suf­fire pour une audience dans le cadre d’une jus­tice de proxi­mi­té. Ce serait une façon de réa­li­ser une bonne éco­no­mie de moyens pour la jus­tice et le citoyen.

Une autre de mes prio­ri­tés serait de rame­ner la jus­tice conci­lia­trice fami­liale dans les can­tons, près du juge de paix. Je suis un juge enga­gé pour une jus­tice de conci­lia­tion et de média­tion. Depuis mai 2018, je col­la­bore chaque mois à une émis­sion inti­tu­lée « De Radio­rech­ter » (Le Juge de la Radio) sur Radio 2 (VRT). L’émission se déroule sur le ter­rain même où l’on dis­cute du conten­tieux en ques­tion. J’y pro­pose ma média­tion et pro­nonce fina­le­ment un avis juri­dique.

Jan Nolf, La force de la justice, Plaidoyer pour une Justice plus juste, Editions Nowfuture, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

code