Chers lectrices,
Chers lecteurs,

A l’occasion du cinquantième numéro d’Agir par la culture, qui sortira cet été, nous vous informons que nous revisiterons entièrement sa présentation. Ce numéro anniversaire sera également l’occasion pour nous, de revoir en profondeur le listing d’envoi de notre revue. Vous désirez continuer de recevoir gratuitement Agir par la culture, en version papier et/ou en version numérique ? Remplissez rapidement le formulaire d’inscription !

La rédaction

JOHNSON MATTHEY : UN OBJET DE GRÈVE

 

Par Pierre Lempereur

Johnson m'a tuer n'est pas une bande dessinée comme les autres. C'est « un objet de grève » dont la démarche de création renouvelle l'histoire des productions culturelles ouvrières qui décloisonnèrent dans les années 70 les mondes du travail et ceux de la culture. Aujourd'hui, dans un contexte où les fermetures d'usine se sont banalisées, les manifestations de solidarités entre artistes et ouvriers sont pourtant devenues exceptionnelles. La culture opère néanmoins son (timide) retour sur le terrain des luttes sociales, et c'est notamment au travers du 9e art qu'elle peut rendre compte de la conflictualité d'aujourd'hui.

 

Lire la suite...

POUR LE RETOUR DE LA GUILLOTINE

Par Daniel Adam

Le théâtre invisible est une vieille blague d’interventionnistes théâtraux. Si vous n’avez pas vu notre prestation de théâtre invisible c’est qu’elle était vraiment bien ! Plus sérieusement, le théâtre d’intervention, l’agit-prop, le théâtre de rue, autant de définitions qui racontent des approches, souvent idéologiques, différentes. Les déclinaisons sont nombreuses et flirtent avec la réalité, la peur, ou la politique-fiction. Comme dans les autres expressions artistiques, il ne s’agit pas seulement de fabriquer un objet culturel, encore faut-il que celui-ci soit compris. Ça demande de savoir ce que l’on veut dire, ce que l’on poursuit. Le théâtre invisible qui n’agirait que comme « acte artistique », sans fond, ne récolterait que son inanité. Le théâtre invisible, à y regarder de plus près, il y en a partout et tout le temps ; de quoi perdre la tête…

 

Lire la suite...

ÉDUCATION PERMANENTE, PARCOURS D’INTÉGRATION ET/OU CHEMINS D’ÉMANCIPATION ?

Par Jean-Luc Degée et Nancy Hardy, Formateurs à Peuple et Culture

Au moment où, plus que jamais, la désaffiliation sociale et le rejet du politique se manifestent par un sentiment grandissant d’impuissance et alors que de nouveaux transferts de compétences pourraient être négociés entre Fédération Wallonie-Bruxelles et Régions, quelle sera demain la place de l’Éducation permanente ? Diversement comprise, sera-t-elle condamnée à se marginaliser de plus en plus, faute de pouvoir briser les barrières dans lesquelles on tente de l’enfermer ?

 

Lire la suite...

CONFÉRENCES GESTICULÉES, ÂME ET ARME POPULAIRES

Propos recueillis par Aurélien Berthier

Franck Lepage, infatigable militant de l’éducation populaire en France et ailleurs était de passage à Bruxelles. Nous lui avons posé quelques questions sur les conférences gesticulées qu’il a initiées au sein de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé. Les conférences gesticulées, récit hybride, mi-autobiographique, mi-scientifique, sont un outil d’éducation populaire qui permet à un récit personnel de devenir un témoignage social de situation d’oppression. Franck conte le parcours de l’éducation populaire au sein du Ministère de la Culture ou l’inégalité  dans l’éducation, des employés évoquent le néo-management dont ils sont victimes, le tout dans une petite forme simple sur scène, légèrement théâtralisée, mais ni péremptoire, ni académique. Au contraire, ça parle aussi de nous.

 

Lire la suite...

Groupes Medvedkine : Le cinéma pour prendre en main son image

Par Aurélien Berthier

Actifs en France de 1967 à 1974, les groupes Medvedkine ont produit une quinzaine de films de création ouvrière au ton novateur, en alliant esthétique avant-gardiste et libération de la parole populaire. Cela a permis à des ouvriers de reprendre le contrôle de leurs images tout en posant une critique profonde de la vie quotidienne. Retour sur cette aventure qui a lié cinéastes militants et militants ouvriers.

 

Lire la suite...

Christian Maurel : L'Education populaire, à la fois grain de sable et goutte d'huile du système

Photo : GSARA

Propos recueillis par Jean-Luc Degée

Plus les crises financières, économiques, sociales, politiques et environnementales se développent, plus la question du « que faire ? » se fait pressante. Ces crises mettent en lumière une certaine prise de conscience de l'urgence de penser et agir autrement mais provoque en même temps un décourageant sentiment d'impuissance individuelle et collective.

A l'image de ce qui s'est construit dans les révolutions arabes et le mouvement des indignés, il est possible de transformer la puissance de soumission en puissance d'action : c'est toute la fonction de l'éducation populaire que défend Christian Maurel. Nous l'avons interrogé au mois de juin dernier, après son intervention lors de la rencontre initiée par le Conseil Supérieur de l'Education Permanente.

+ INTERVIEW VIDEO EN FIN D'ARTICLE

Lire la suite...

A propos de « l'avenir » de l'éducation populaire

Visage de Franck Lepage avec un nez de clown

Par Franck Lepage

 

« Quel avenir pour l’éducation populaire ? »
Cette question fréquemment posée suppose de s'arrêter sur l'ambiguïté du terme : qu'entend-on par « éducation populaire » au juste ?


Lire la suite...

Site propulsé par Joomla!, logiciel libre sous licence GNU/GPL.
Réalisation : Présence et Action Culturelles.