Tribunal Russel : le verdict est rendu

Le Tri­bu­nal Rus­sel sur la Pales­tine a tenu sa ses­sion finale le 17 mars der­nier à Bruxelles. Il s’agissait pour ce tri­bu­nal d’opinion, démar­ré en 2009, de pro­non­cer les juge­ments issus d’investigations, d’accumulations d’éléments à charge et de débats juri­diques concer­nant les vio­la­tions du droit inter­na­tio­nal par Israël.

Sans pou­voirs juri­dic­tion­nels, le Tri­bu­nal Rus­sel sur la Pales­tine (TRP ) est une ini­tia­tive citoyenne, un tri­bu­nal d’opinion inter­na­tio­nal créé par un groupe de citoyens enga­gés dans la pro­mo­tion de paix et de la jus­tice au Proche-Orient qui n’en pos­sède pas moins un poids moral et opère en sui­vant une démarche rigou­reuse dans l’établissement des faits dans un res­pect strict des normes juri­diques inter­na­tio­nales. Le TRP se base sur un pré­cé­dent, le Tri­bu­nal Rus­sel sur le Viet­nam, qui en 1967, à l’initiative du scien­ti­fique Ber­trand Rus­sel, condam­na les Etats-Unis pour leur action au Viet­nam et dans lequel Jean-Paul Sartre sié­gea.

Les quatre ses­sions du TRP (Bar­ce­lone et Londres en 2010, Le Cap 2011 et New York 2012) ont per­mis d’établir les res­pon­sa­bi­li­tés et les com­pli­ci­tés des États, des entre­prises et des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales dans la pour­suite de l’occupation des Ter­ri­toires pales­ti­niens et dans la per­pé­tua­tion des vio­la­tions du droit inter­na­tio­nal com­mises par Israël.

26 RECOMMANDATIONS POUR METTRE FIN A L’IMPUNITE D’ISRAËL

Un jury, com­po­sé notam­ment de Roger Waters (membres des Pink Floyd) ou de Ange­la Davis (figure his­to­rique du mou­ve­ment pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis) mais aus­si de juristes aguer­ris ont adop­té 26 recom­man­da­tions pour de futures actions. Cette ses­sion a éga­le­ment été l’occasion de rendre hom­mage à Sté­phane Hes­sel, par­rain de cette ini­tia­tive qui a consti­tué son der­nier com­bat et dont il n’aura mal­heu­reu­se­ment pas vu les conclu­sions.

C’est Ange­la Davis (voir inter­view ci-contre), qui a pro­non­cé les conclu­sions devant une salle pleine à cra­quer.

Il s’agit de dénon­cer ce régime com­pa­rable à celui mis en place lorsque l’apartheid était en vigueur en Afrique du Sud et de per­mettre de faire pres­sion sur l’Etat d’Israël. Invi­ta­tion à la Pales­tine à sai­sir la Cour Pénale Inter­na­tio­nale, sus­pen­sion des accords d’association UE-Israël, fin des impor­ta­tions de pro­duits pro­ve­nant de colo­nies israé­liennes dans les ter­ri­toires occu­pés, recons­ti­tu­tion d’un Comi­té spé­cial contre l’apartheid au sein des Nations-Unies visant à mettre en cause les pra­tiques d’Israël envers les Pales­ti­niens.

Israël a été décla­ré cou­pable de socio­cide c’est-à-dire de « des­truc­tion de la capa­ci­té d’une socié­té à se main­te­nir dans le temps, et cela par la des­truc­tion de ses struc­tures poli­tiques et sociales, mais aus­si par la des­truc­tion des élé­ments maté­riels et imma­té­riels consti­tu­tifs de son iden­ti­té par­ta­gée ». Ont été poin­tées les maintes com­pli­ci­tés de mul­ti­na­tio­nales, de l’Union euro­péenne ou des Etats-Unis et des fai­blesses des Nations-unies dans leur action à éta­blir plus de jus­tice et suivre leurs propres réso­lu­tions.

Si les auto­ri­tés israé­liennes ont reje­té ces conclu­sions comme nulles et non ave­nues car éma­nant d’un orga­nisme sans poids légal, nul doute que le poids sym­bo­lique peut peser dans la balance comme ont pu dans le pas­sé jouer les mul­tiples condam­na­tions morales de l’apartheid en Afrique du Sud.

La capa­ci­té de sanc­tion­ner et de mettre un terme aux vio­la­tions du droit inter­na­tio­nal à l’encontre du peuple pales­ti­nien et aux com­pli­ci­tés éta­blies par le Tri­bu­nal au niveau inter­na­tio­nal, repose à pré­sent sur la capa­ci­té des mou­ve­ments citoyens dans le monde à reprendre les conclu­sions du Tri­bu­nal pour exer­cer les pres­sions néces­saires sur les gou­ver­ne­ments, les par­le­ments et les entre­prises afin qu’ils changent radi­ca­le­ment leurs poli­tiques et leurs pra­tiques.

L’ensemble de conclu­sions et recom­man­da­tions du TRP sont dis­po­nible sur le site www.russelltribunalonpalestine.com

________________________________

ANGELA DAVIS : MINI-INTERVIEW

Pour­quoi êtes-vous à Bruxelles aujourd’hui ?

Je viens par­ti­ci­per à la ses­sion finale du Tri­bu­nal Rus­sel sur la Pales­tine. On pré­pare à pré­sent toutes les preuves et élé­ments que nous avons col­lec­tés durant les quatre ses­sions du tri­bu­nal et on réflé­chit à com­ment uti­li­ser ces élé­ments de la manière la plus effi­cace pos­sible pour per­mettre un mou­ve­ment durable en sou­tien à la liber­té en Pales­tine.

En quoi cela cor­res­pond-il à des com­bats que vous avez menés jusqu’ici ?

Je suis impli­quée dans le mou­ve­ment de soli­da­ri­té à l’égard du peuple pales­ti­nien depuis plus de 40 ans. C’est quelque chose de très pré­sent dans mon cœur. Je pense qu’il y a d’importants paral­lèles que l’on pour­rait dres­ser entre la cam­pagne his­to­rique pour les liber­tés menée par les Noirs aux Etats-Unis et la lutte actuelle du peuple pales­ti­nien contre le régime raciste d’apartheid de l’Etat d’Israël.

Quel est le meilleur moyen d’obtenir une Pales­tine indé­pen­dante selon vous ?

Notre rôle, pour nous qui ne sommes pas pales­ti­niens, est de suivre ce que nous indi­que­ra le peuple pales­ti­nien. Ils déci­de­ront pour eux-mêmes de la manière dont ils envi­sagent l’aboutissement de leurs luttes. Ceux d’entre nous qui sont enga­gés dans ces mou­ve­ments de soli­da­ri­té tout autour du monde doivent faire en sorte que soit main­te­nue une atten­tion constante sur ce régime d’apartheid de l’Etat d’Israël, sur le fait qu’Israël conti­nue de com­mettre des crimes inter­na­tio­naux, des crimes contre l’Humanité, contre le peuple pales­ti­nien. Nous espé­rons que le résul­tat de ces luttes pro­fi­te­ra non seule­ment au peuple pales­ti­nien mais aus­si à tous les peuples tout autour du monde.
________________________________

Pho­to : © Véro­nique Ver­che­val

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

code